Violence ou non-violence ?

La folie très raisonnable d’un ouvrier syndicaliste libertaire

Couverture d’ouvrage : Violence ou non-violence ?
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-35104-080-5
Pages : 32

« La libération et l’affranchissement du prolétariat ne dépendent pas d’un soulèvement violent, mais d’un accroissement et d’une convergence solidaire qui déboucheront sur la capacité de mener des actions économiques de masse. Le prolétariat reste sans défense et sans pouvoir s’il n’est pas pénétré d’un esprit collectif et solidaire ; et si d’aucuns assistent sans réagir, indifférents, à l’assassinat de leurs frères. La violence des oppresseurs ne peut être affrontée que par la solidarité agissante des opprimés. »

« La culture et la solidarité sont deux valeurs inséparables ; la violence n’a d’effet que destructeur et nuit à la culture. Personne ne reconnaîtra de dimensions culturelles aux époques guerrières et dévastatrices. Au contraire, les hauts lieux de culture humaine ont toujours montré, dans la vie quotidienne, des dispositions sociales créatrices de paix. Gare à une culture où la brute soldatesque, symbole de la loi du plus fort et de la violence, l’emporte sur les porteurs d’esprit de solidarité traqués par leurs prédateurs ! »

Ce texte est paru pour la première fois en brochure dans Sozialpolitische Sammlung (Textes sociopolitiques rassemblés), édité par Alfred Saueracker, cahier 3, Cerny, Wien/Leipzig 1920. Il a été réédité en juin 1988 dans le n° 125 du journal Graswurzelrevolution.

La traduction a été assurée par Lou Marin et la relecture par Solange Bidault, Michèle Crès et André Bernard.

Parution :
Maison d’édition : Atelier de Création Libertaire
Genres :

Notre place dans le mouvement ouvrier

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Notre place dans le mouvement ouvrier
Éditions :Livre
Taille : 15,00 x 20,00 cm
Pages : 35
Parution :
Maison d’édition : CNT-AIT aquitaine
Genres :

Le Vingtième Siècle américain

Une histoire populaire de 1890 à nos jours

par ZINN Howard

Couverture d’ouvrage : Le Vingtième Siècle américain
Éditions :Livre
ISBN : 2748900014
Taille : 12,00 x 21,00 cm
Pages : 476

De la guerre aux Philippines à la « croisade contre le Mal », dernier avatar de la domination mondiale de l’après-guerre, l’impérialisme américain n’a cessé de se renforcer. L’Union soviétique servit de prétexte aux interventions en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, interventions qui culminèrent avec la guerre meurtrière du Vietnam. À son tour, l’attentat du 11 septembre 2001 permit de justifier le bombardement de l’Afghanistan et la guerre contre l’Irak. Des guerres extérieures qui sont aussi des guerres intérieures. Ce livre raconte comment un siècle de politique expansionniste a pesé sur ceux que les histoires officielles ont toujours oubliés, leur résistance et leurs victoires, la permanence des luttes pacifistes et anti-impérialistes ; de la naissance du féminisme à son intégration dans la lutte des classes, du développement du syndicalisme révolutionnaire au mouvement des droits civiques.

Howard Zinn

Auteur d’Une histoire populaire des États-Unis et d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à l’incidence des mouvements populaires sur la société américaine, Howard Zinn (1922–2010) a été tour à tour docker, bombardier, cantonnier et manutentionnaire avant d’enseigner à la Boston University. Militant de la première heure pour les droits civiques et contre la guerre du Vietnam, il a conçu son métier d’historien comme indissociable d’un engagement dans les luttes sociales.

Parution :
Maison d’édition : Agone
Genres :

Joe Hill

Bread, roses and songs

par ROSEMONT Franklin

Couverture d’ouvrage : Joe Hill
Éditions :Livre
ISBN : 9782915731347
Taille : 15,50 x 22,50 cm
Pages : 600

Immigré aux États-Unis, Joe Hill consacre sa vie à la lutte révolutionnaire pour le syndicat Industrial Workers of the World (IWW). Hobo, il va de grève en grève utilisant pour arme son talent de songwriter. Ses chansons deviennent des hymnes dans la classe prolétaire et incarnent très vite l’ensemble des IWW.

En 1915, il est condamné à mort en Utah, suite à un coup monté pour lequel il est accusé de meurtre et d’un procès à charge où aucune preuve n’est établie. Joe Hill devient alors un symbole de l’oppression capitaliste et étatique.

De nombreux artistes vont chanter son destin parmi lesquels, pour les plus connus par le “tout public“ : Joan Baez, Bruce Springsteen, Tom Morello (Rage against the machine)…

Franklin Rosemont écrit ici la biographie référence de Joe Hill. Mais bien plus que l’histoire du songwriter, il balaye l’ensemble des pans de la culture populaire étatsunienne : racisme, féminisme, question indienne, religion, justice, écologie…

Parution :
Maison d’édition : Éditions CNT-RP
Genres :

Louis Bertoni

Une figure de l’anarchisme ouvrier à Genève

par BOTTINELLI Gianpiero

Couverture d’ouvrage : Louis Bertoni
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-940426-13-3
Taille : 13,00 x 20,00 cm
Pages : 174

Traduit de l’italien par Marianne Enckell

Inlassable pro­pa­gan­diste, typo­gra­phe, mili­tant syn­di­ca­liste, Louis Bertoni (1872-1947) est une figure phare du milieu anar­chiste suisse de la pre­mière moitié du XXe siècle. Cet infa­ti­ga­ble dif­fu­seur d’idées a écumé les mee­tings poli­ti­ques et super­visé la publi­ca­tion de plus de mille numé­ros du Réveil anar­chiste et du Risveglio anar­chico en un demi-siècle. La bio­gra­phie de ce mili­tant anar­chiste tes­si­nois établi à Genève est basée à la fois sur les témoi­gna­ges de contem­po­rains de Louis Bertoni et sur un corpus de sour­ces volu­mi­neux. Au-delà des idées et de la per­son­na­lité fas­ci­nante de cet habi­tué des délits d’opi­nion, cette tra­duc­tion mise à jour de l’ouvrage de Gianpiero Bottinelli est un texte indis­pen­sa­ble pour le tableau qu’il dresse du quo­ti­dien des grou­pes anar­chis­tes gene­vois, suis­ses et ita­liens de cette période mou­ve­men­tée.

Gianpiero Bottinelli, né à Lugano le 8 no­vem­bre 1946, a fait ses études à l’École d’études socia­les et péda­go­gi­ques à Lausanne (1970-1973), puis a été assis­tant social pour le canton du Tessin ; il est actuel­le­ment à la retraite et se consa­cre à des recher­ches his­to­ri­ques.

Parution :
Maison d’édition : entremonde
Genres :

Nous voulons tout

par BALESTRINI Nanni

Couverture d’ouvrage : Nous voulons tout
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-940426-24-9
Taille : 13,00 x 20,00 cm
Pages : 174

Roman traduit de l’italien par Pascale Budillon Puma

Postface d’Ada Tosatti +

Du prin­temps à l’automne 1969, par­tant de la célè­bre usine turi­noise Fiat, la révolte ouvrière enflamme l’Italie et lance son cri de guerre contre la classe bour­geoi­se : nous vou­lons tout. C’est « l’automne chaud », moment fort de la longue vague révo­lu­tion­naire qui va secouer la pénin­sule au cours des années soixante-dix. Au centre des luttes trône la figure de l’ouvrier-masse, emblème de la rage, de la spon­ta­néité et de l’auto­no­mie ouvrière, qui affirme le refus du tra­vail et la des­truc­tion vio­lente du sys­tème d’exploi­ta­tion capi­ta­liste. Par une nar­ra­tion sans répit, en prise directe avec la réa­lité des révol­tes et la voix de ses pro­ta­go­nis­tes, Nanni Balestrini plonge au cœur de l’émergence lin­guis­ti­que et poli­ti­que de ce nou­veau sujet révo­lu­tion­naire, il fait enten­dre dans la chair même du texte le pas­sage de la rébel­lion ins­tinc­tive et indi­vi­duelle du pro­ta­go­niste à la dimen­sion col­lec­tive de la lutte. Expérimentation lit­té­raire, ancrage his­to­ri­que et puis­sance de l’ora­lité font de ce roman l’un des témoi­gna­ges les plus auda­cieux et vivants de la longue saison des révol­tes.

Nanni Balestrini est né à Milan en 1935. Membre du groupe des poètes d’avant-garde I Novissimi, il est parmi les fon­da­teurs, en 1963, du Gruppo 63. Il tra­vaille dans l’édition – comme direc­teur lit­té­raire chez l’éditeur mila­nais Feltrinelli de 1962 à 1972 – et aussi pour le cinéma et la télé­vi­sion. Il a dirigé les men­suels cultu­rels Quindici et Alfabeta. Plusieurs de ses romans ont été tra­duits en fran­çais.

Parution :
Maison d’édition : entremonde
Genres :