Qu’est-ce que l’écologie sociale ?

par BOOKCHIN Murray

Couverture d’ouvrage : Qu’est-ce que l’écologie sociale ?
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-35104-058-4
Pages : 54

La domination qu’exercent les riches sur les pauvres, les hommes sur les femmes, les vieux sur les jeunes, se prolonge dans la domination que les sociétés fondées sur la hiérarchie exercent sur leur environnement. Et de même que ces relations de domination aliènent les personnes – c’est-à-dire détruisent ou réduisent leur potentialité humaine –, de même ces sociétés hiérar­chiques détruisent la nature. Mener une politique écologique appelle donc une mutation des rapports politiques au sein de la société : « protéger la nature » suppose l’émancipation sociale.

Ce texte est la traduction du premier chapitre de l’ouvrage de Murray Bookchin (14/01/1921 - 30/07/2006), The Ecology of Freedom : the Emergence and Dissolution of Hierarchy, publié à Palo Alto en Californie en 1982. Nous l’avons publié une première fois en 1989 puis réédité en 1999, 2003 et en 2007. Les demandes répétées montrent qu’il n’a rien perdu de son intérêt. L’introduction provient de la version italienne publiée à Milan chez nos ami.e.s des éditions Elèuthera et la préface à la quatrième édition a été rédigée par Hervé Kempf.

Parution :
Maison d’édition : Atelier de Création Libertaire
Genres :

La fascinante démocratie du Rojava

Le contrat social de la Syrie du nord

par BANCE Pierre

Couverture d’ouvrage : La fascinante démocratie du Rojava
Éditions :Livre
ISBN : 979-10-93784-17-5
Taille : 15,00 x 21,00 cm
Pages : 600

Le Rojava n’est pas seulement une épopée militaire des Kurdes de Syrie contre  
l'État islamique, un havre d’émancipation pour les femmes, un imbroglio diplo-
matique digne de l’histoire moyen-orientale, un destin que l’on craint tragique,  
c’est aussi et d’abord une expérience politique et sociale inédite et fascinante.
PIERRE BANCE
Inédite, car elle lie, dans un même contrat social, la démocratie directe et le parle-
mentarisme. Alliage improbable de communes autonomes, d’assemblées législa-
tives et de conseils exécutifs fédérés. Fascinante, parce que fondée sur les droits de  
l’homme, les libertés fondamentales et l’écologie sociale, elle s’exprime au cœur  
d’un Proche-Orient pétri de dictatures, de démocraties chaotiques, d’États-nations  
aux visées hégémoniques, au milieu de sociétés aux coutumes patriarcales et aux  
pratiques religieuses conservatrices. Fascinante encore quand elle réussit à unir  
dans une même auto-administration, à égalité de droits et de devoirs, les peuples  
kurde, arabe, assyrien, chaldéen, turkmène, arménien, tchéchène, tcherkesse...  
de diverses confessions musulmanes, chrétiennes et yézidie, là où dominait la loi  
du plus fort.
Sans doute, tout ne fonctionne pas à merveille au nord de la Syrie. Comment  
pourrait-il en aller autrement avec la guerre impérialiste ottomane d’Erdoğan, la  
pression des obscurantistes du djihad, les menaces d’Assad de réinvestir le territoire  
et les trahisons des alliés russes et occidentaux. Néanmoins, tant les avancées en  
matière de droits et libertés que les expériences institutionnelles originales menées  
au Rojava intéresseront tous les démocrates qui cherchent à refonder un système  
de représentation déconsidéré. Comme ceux qui, de par le monde, aspirent à une  
société libérée de toute domination, car l’Administration autonome de la Syrie  
du Nord et de l’Est soulève la question de fond: comment se passer de l’État et  
dépasser le capitalisme?

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, ancien directeur des Éditions Droit et So-
ciété, est l’auteur d’Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et  
confédéralisme démocratique (Noir et Rouge, 2017). Ses travaux sont publiés sur  
le site Autre futur (http://www.autrefutur.net/).

Parution :
Maison d’édition : Noir & Rouge
Genres :
Extrait :

Le Rojava n’est pas seulement une épopée militaire des Kurdes de Syrie contre
l'État islamique, un havre d’émancipation pour les femmes, un imbroglio diplo-
matique digne de l’histoire moyen-orientale, un destin que l’on craint tragique,
c’est aussi et d’abord une expérience politique et sociale inédite et fascinante.
PIERRE BANCE
Inédite, car elle lie, dans un même contrat social, la démocratie directe et le parle-
mentarisme. Alliage improbable de communes autonomes, d’assemblées législa-
tives et de conseils exécutifs fédérés. Fascinante, parce que fondée sur les droits de
l’homme, les libertés fondamentales et l’écologie sociale, elle s’exprime au cœur
d’un Proche-Orient pétri de dictatures, de démocraties chaotiques, d’États-nations
aux visées hégémoniques, au milieu de sociétés aux coutumes patriarcales et aux
pratiques religieuses conservatrices.

LIRE LA SUITE

Fascinante encore quand elle réussit à unir
dans une même auto-administration, à égalité de droits et de devoirs, les peuples
kurde, arabe, assyrien, chaldéen, turkmène, arménien, tchéchène, tcherkesse...
de diverses confessions musulmanes, chrétiennes et yézidie, là où dominait la loi
du plus fort.
Sans doute, tout ne fonctionne pas à merveille au nord de la Syrie. Comment
pourrait-il en aller autrement avec la guerre impérialiste ottomane d’Erdoğan, la
pression des obscurantistes du djihad, les menaces d’Assad de réinvestir le territoire
et les trahisons des alliés russes et occidentaux. Néanmoins, tant les avancées en
matière de droits et libertés que les expériences institutionnelles originales menées
au Rojava intéresseront tous les démocrates qui cherchent à refonder un système
de représentation déconsidéré. Comme ceux qui, de par le monde, aspirent à une
société libérée de toute domination, car l’Administration autonome de la Syrie
du Nord et de l’Est soulève la question de fond: comment se passer de l’État et
dépasser le capitalisme?

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, ancien directeur des Éditions Droit et So-
ciété, est l’auteur d’Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et
confédéralisme démocratique (Noir et Rouge, 2017). Ses travaux sont publiés sur
le site Autre futur (http://www.autrefutur.net/).

REGROUPER

UN AUTRE FUTUR POUR LE KURDISTAN ?

Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique

par BANCE Pierre

Couverture d’ouvrage : UN AUTRE FUTUR POUR LE KURDISTAN ?
Éditions :Livre
ISBN : 979-10-93784-12-0
Taille : 15,00 x 21,00 cm
Pages : 400

Le Confédéralisme démocratique serait-il la dernière chance du socialisme ?

Alors qu’un peu partout dans le monde revient le débat sur la démocratie (représentative, participative ou directe), sur l’organisation (parti, autonomie ou fédéralisme), sur la stratégie (conquête du pouvoir ou action en marge), sur l’autre futur (État démocratique ou société sans État), la révolution que mènent les kurdes en Turquie et en Syrie apporte des réponses concrètes, particulièrement au Rojava libéré de Bachar al-Assad et de l'État islamique. Des réponses porteuses d’autant d’interrogations :
● La société sans État est un but affirmé sans ambiguïté, mais, pour y arriver, la phase transitoire d’autonomie démocratique est-elle la meilleure voie ?
● La démocratie directe est proclamée, mais est-elle exercée ?
● Le parti devrait céder devant la fédération des communes autonomes, mais en a-t-il l’intention ?
● Le pouvoir est à détruire, un proto-gouvernement répond-il à cette finalité ?
À ces questions ce livre apporte des éléments de réponse tant sur les bases théo-riques du municipalisme libertaire et du confédéralisme démocratique que sur leur mise en oeuvre dans les institutions et la société, pour que chacun se fasse une opinion.

UN AUTRE FUTUR POUR LE KURDISTAN ?
Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique
Pierre Bance

Dans la presse, chez les militants de gauche ou les politologues, on parle beaucoup des exploits des combat-tants et combattantes kurdes. Pour-quoi réussissent-ils, là où les autres échouent ? Parce qu’au-delà de la défense de leur identité, une idée nouvelle leur fait espérer un autre futur : le confédéralisme démocratique. Et de cela, on ne parle pas.
Au début des années 2000, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) abandonne le marxisme-léninisme et son ambition de construire un État-nation kurde. Il adopte alors l’idée et la stratégie du confédéralisme démocra-tique pensé par son leader, Abdullah Öcalan, lui-même fortement influencé par le municipalisme libertaire du phi-losophe américain Murray Bookchin qui place l’écologie sociale comme moteur de la révolution. Les organisa-tions de la société civile (associations, syndicats, coopératives, communau-tés ethniques et religieuses, partis…) se mettent en réseau sans que leur stratégie exclut la conquête de munici-palités et l’élection de parlementaires. Le but est de marginaliser l'État et finir par le rendre inutile, tout comme le capitalisme. Le confédéralisme démo-cratique ne se limite pas au Kurdistan, il a une vocation universelle.
En Turquie, le PKK souhaitait aban-donner la lutte armée pour se consa-crer à la fédération, déjà bien engagée, des communautés kurdes dans le cadre d’une nouvelle constitution tur-que. Le processus de paix ayant été rompu en 2015 par le gouvernement turc, une lutte acharnée se poursuit sur les terrains militaire, social et politique.
Au Nord de la Syrie, le Rojava, sous contrôle du Parti de l’union démo-cratique (PYD), s’organise selon l’auto-nomie démocratique, phase préalable au confédéralisme démocratique. Un « gouvernement » appelé auto-administration démocratique assure la gestion de la région. Ce pouvoir se dissoudra-t-il dans la société civile confédérée ou maintiendra-t-il un État ? Dit autrement, le fédéralisme libertaire sera-t-il assez fort pour vaincre le fédéralisme politique mis en place et justifié par la conduite d’une guerre incertaine ?
Tout n’est pas parfait au Rojava, l'État n’a pas disparu, la démocratie directe est loin d’être générale, et le fédéra-lisme libertaire des communes auto-administrées balbutie. Cependant, trouve-t-on ailleurs une telle volonté radicale de changement dans un contexte politique, culturel et militaire si peu propice ? La révolution ne se fait pas en un jour, alors pourquoi douter que les Kurdes parviennent à cons-truire un autre futur d’émancipation ? Leur expérience est un exemple, non un modèle, pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le mouvement social.

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, a été directeur des Éditions Droit et Société de 1985 à 2008. Anarchiste et syndicaliste, ses derniers travaux sont publiés sur le site Autre futur.net (http://www.autrefutur.net/).

Parution :
Maison d’édition : Noir & Rouge
Genres :

Murray Bookchin et l’écologie sociale

Une biographie intellectuelle

par GERBER Vincent

Couverture d’ouvrage : Murray Bookchin et l’écologie sociale
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-89719-045-3
Pages : 180

Préface de Jean-François Filion

Pionnier de l'écologie politique, Murray Bookchin demeure malheureusement encore trop peu connu du grand public. Pourtant, l’homme a anticipé, dans les années 1950-60, des problèmes environnementaux et de santé très concrets. Mais il fut surtout un des premiers penseurs à intégrer la dimension sociale et politique à la question écologique et à envisager l’écologie comme levier d’opposition au capitalisme.

Père de l’écologie sociale, Bookchin partait du postulat que nos rapports de domination se transposent dans notre relation avec la nature. L’établissement d’une société écologique passe donc nécessairement par la résolution de nos problèmes sociaux. Reconnu comme l’un des derniers théoriciens de l’anarchisme, il a ainsi proposé de nouveaux modèles d’organisation sociale, que ce soit le municipalisme libertaire ou le communalisme.

Depuis sa mort, en 2006, aucun ouvrage couvrant l’ensemble de sa pensée ne lui avait été consacré dans l’espace francophone. Murray Bookchin et l’écologie sociale vient combler ce vide. Choisissant le mode de la biographie intellectuelle, Vincent Gerber croise les événements biographiques de Bookchin avec l’évolution de sa pensée au fil du temps. Il offre ainsi une vue d’ensemble claire, synthétique mais aussi critique de l’écologie sociale, tout en analysant les thèmes qui traversent ce mouvement d’écologie radicale : décentralisation, démocratie directe, technologies et villes à échelle humaine, etc.
Car comme le dit l’auteur, « réactualiser Bookchin, c’est apporter des pistes de réflexion et des arguments aux débats et questionnements qui vont occuper nos sociétés durant les prochaines décennies ».

Parution :
Maison d’édition : écosociété
Genres :

Ecologie ou catastrophe, la vie de Murray Bookchin

par BIEHL Janet

Couverture d’ouvrage : Ecologie ou catastrophe, la vie de Murray Bookchin
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-34618-047-5
Taille : 14,50 x 20,00 cm
Pages : 624

Ce livre retrace, en nous faisant voyager dans l’histoire mondiale de l’écologie, la vie de Murray Bookchin, philosophe et sociologue, critique anticapitaliste américain et fondateur de l’Écologie Sociale.
Aux antipodes des courants métaphysiques de type “Écologie Profonde” et des approches environnementalistes qui ne peuvent conduire qu’à un aménagement du désastre, l’Écologie Sociale est une théorie radicale qui considère comme révolus le système actuel et les rapports de domination qu’il engendre : Son message qui veut que les êtres humains soient capables de réorganiser leurs sociétés afin de les créer écologiques, est un message d’espoir. Son utopie nous donne à voir ce que pourrait être une société juste et la générosité sociale dont les êtres humains peuvent faire preuve. Ce projet créateur pourrait non seulement préserver l’ensemble du vivant mais aussi conférer un sens à nos vies à travers une action éthique qui redonne à l’être humain son libre arbitre. (extrait de l’épilogue de Janet Biehl)

Ce livre est traduit de l’anglais (USA) par Élise Gaignebet, sa version française est préfacée par Pinar Selek. Le portrait de couverture est une création d’Ernest Pignon-Ernest.

Parution :
Maison d’édition : L'Amourier
Genres :

Au delà de la rareté

L'anarchisme dans une société d'abondance

par BOOKCHIN Murray

Couverture d’ouvrage : Au delà de la rareté
Éditions :Livre
ISBN : 9782897192396
Pages : 280

Présentation de Vincent Gerber

Traduit de l'anglais par Helen Arnold, Daniel Blanchard, Vincent Gerber et Annick Stevens

Dans ce recueil de textes pionniers (1965-70) qui ont fait sa renommée, Murray Bookchin conjugue sa vision anarchiste et écologiste avec les possibilités prometteuses d’une société d’abondance. Une abondance envisagée non pas sous la forme d’un accès illimité à des biens de consommation pléthoriques, mais bien une par laquelle l’être humain a amplement les moyens de satisfaire ses besoins fondamentaux pour se consacrer à l’assouvissement de ses désirs réels.

S’attelant à esquisser les contours d’une telle société, Bookchin appelle à dépasser l’économie politique marxiste, enracinée dans une ère de pénurie matérielle et soumise aux logiques de la rareté économique. Si les avancées technologiques du XXe siècle ont grandement accru la production, cela s’est fait au profit d’intérêts corporatifs et aux dépens des besoins humains et de la soutenabilité écologique. Et si l’émancipation pouvait jadis sembler passer par un certain productivisme sous l’égide de structures autoritaires, aujourd’hui les outils nécessaires à une auto-organisation de la société ont largement été développés et, combinés avec la perspective écologique, ils ont grandement modifié le paysage révolutionnaire. Les sociétés postindustrielles ont en effet le potentiel de se muer en des sociétés d’abondance favorisant l’accomplissement des potentialités sociales et culturelles latentes dans les écotechnologies. Avant-gardiste, Bookchin défendait en ce sens les énergies renouvelables et des institutions décentralisées.

Lire Bookchin, c’est renouer avec une verve utopique rafraîchissante, qui rappelle avec force que d’autres voies sont envisageables pour le devenir de nos sociétés. Au-delà de la rareté est également une lecture incontournable pour comprendre les origines théoriques de l’écologie sociale, concept que cet intellectuel étatsunien a raffiné tout au long de sa vie de militant.

Parution :
Maison d’édition : écosociété
Genres :

Le municipalisme libertaire

La politique de l'écologie sociale

par BIEHL Janet

Couverture d’ouvrage : Le municipalisme libertaire
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-923165-56-1
Pages : 208

Préface d'Annick Stevens | Traduit de l'anglais par Nicole Daigneault

Projet politique élaboré par le philosophe Murray Bookchin (1921-2006) pour donner une armature institutionnelle à son programme d’écologie sociale, le municipalisme libertaire propose une solution de rechange radicale à nos démocraties représentatives en déliquescence : une démocratie participative, directe, exercée au niveau local grâce à une profonde décentralisation du pouvoir. En quinze courts chapitres, Janet Biehl présente avec clarté cet ambitieux projet, dans ses aspects tant théoriques que pratiques.

À la différence de beaucoup d’anarchistes, Bookchin reconnaît un rôle aux institutions politiques, du moment qu’elles favorisent la liberté. Les municipalités recèlent selon lui un tel potentiel. Celles d’aujourd’hui ne sont qu’un pâle reflet des fières cités qui, de la polis athénienne aux towns anglo-américains en passant par les villes médiévales, ont fait le pari de l’autogestion citoyenne. Janet Biehl en retrace l’histoire, à la recherche non pas de modèles, mais de matériaux pour reconstruire un champ politique dynamique dans le cadre d’une confédération de municipalités, la «commune des communes». Elle détaille ensuite les défis concrets qui attendent un mouvement municipaliste, notamment l’opposition inéluctable du système capitaliste et de l’État-nation.

Comme le souligne la philosophe Annick Stevens en préface de cette édition révisée, «Janet Biehl nous aide à ancrer la quête de l’autonomie politique dans la meilleure part de notre héritage historique, à anticiper toutes les difficultés qui ne manqueront pas d’accompagner ce long processus, et surtout à retrouver l’énergie et l’enthousiasme sans lesquels il n’est pas de changement radical possible».

Parution :
Maison d’édition : écosociété
Genres :

Murray Bookchin

Pour une écologie sociale et radicale

par ROMERO Floréal, GERBER Vincent

Couverture d’ouvrage : Murray Bookchin
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-36935-234-1
Pages : 128

« Nous nous attaquerons directement aux racines sociales de la crise écologique! »

Militant et essayiste libertaire, ouvrier syndiqué devenu historien des revolutions, Murray Bookchin (1921-2006) est l’un des premiers penseurs à intégrer la dimension sociale et politique à la question écologique. Pour lui, les rapports de domination engendrés par le capitalisme sont à l’origine de la crise environnementale.

La force de sa pensée réside dans la proposition du municipalisme libertaire, alternative démocratique à l’État-nation, qui appelle à un retour à la gestion humaine des affaires publiques et à la prise de décision collective.

Pour Vincent Gerber et Floréal Romero, le projet profondément humaniste de Bookchin offre des outils pour réinventer la démocratie directe et bâtir une societe égalitaire et écologiste.

Parution :
Maison d’édition : le passager clandestin
Genres :

À propos des auteurs

ROMERO Floréal

GERBER Vincent

Une société à refaire

Vers une écologie de la liberté

par BOOKCHIN Murray

Couverture d’ouvrage : Une société à refaire
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-923165-56-1
Pages : 304

Préface d'Antoine Robitaille | Traduit de l'anglais par Catherine Barret

Refaire la société dans une perspective écologique. Voilà bien l’urgence. Mais de quelle perspective parlons-nous ? Que l’on prône un contrôle impitoyable sur la nature – la vision scientiste – ou que l’on se soumette humblement à ses lois - la vision mystique – nous continuons à penser la relation Homme/Nature uniquement en termes de domination et d’assujettissement. Et pendant que nous débattons entre écologistes, la dégradation de l’environnement se poursuit à un rythme effréné, modifiant de façon irréversible l’équilibre écologique.

Dans Une société à refaire, Murray Bookchin défend l’idée que la domination de l’humain par l’humain, à l’origine des hiérarchisations sociales, a non seulement permis l’émergence d’un système aussi inégalitaire que le capitalisme, mais a également soumis la nature à ses impératifs d’expansion. Car une économie fondée sur la croissance et la concurrence ne peut que dévorer le monde. D’un autre côté, réduire l’être humain à une espèce animale parmi d’autres, c’est oublier qu’il est avant tout un être social et que cela détermine ses relations au monde naturel.

En s’inspirant des idéaux de liberté, l’auteur propose des pistes de travail et de réflexion pour réaliser l’égalité, fondement pratique et éthique de l’écologie sociale. Il réaffirme que seule une critique sociale radicale, enracinée dans une pensée écologique vigilante, peut nous permettre de « refaire » la société et de mettre un frein à la destruction environnementale.

Parution :
Maison d’édition : écosociété
Genres :

Agir ici et maintenant

Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin

par ROMERO Floréal

Couverture d’ouvrage : Agir ici et maintenant
Éditions :Livre
ISBN : 979-10-95630-27-2
Taille : 12,00 x 21,00 cm
Pages : 272

Préface de Pinar Selek

Postface d’Isabelle Attard
Résumé

L’effondrement qui vient n’est pas seulement celui des humains et de leur milieu, mais bien celui du capitalisme par nature prédateur et sans limites. Historiquement désencastré du social et nourri par l’exploitation et la marchandisation des personnes, il étend désormais son emprise sur toute la planète et sur tous les domaines du vivant. C’est en se désengageant d’un constat fataliste et culpabilisant que nous retrouverons une puissance d’agir ici et maintenant. Quoi de mieux, pour cela, que de relire Murray Bookchin et d’appréhender toutes les expérimentations et pratiques qui se développent après lui, aujourd’hui, autour de nous ?

Floréal M. Romero dresse ici le portrait du fondateur de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. Il retrace son histoire, son cheminement critique et politique. De l’Espagne au Rojava, en passant par le Chiapas, l’auteur propose, à partir d’exemples concrets, des manières d’élaborer la convergence des luttes et des alternatives pour faire germer un nouvel imaginaire comme puissance anonyme et collective.

Essai autant que manifeste, ce livre est une analyse personnelle et singulière de la pensée de Bookchin qui trouve une résonance bien au-delà de l’expérience de l’auteur. Il apporte des conseils pratiques pour sortir du capitalisme et ne pas se résigner face à l’effondrement qui vient.
Sommaire

PRÉFACE EN DEHORS DU SPECTACLE
INTRODUCTION
GENÈSE ET ACTUALITÉ DE LA PENSÉE
DE MURRAY BOOKCHIN (1921-2006)

I – SA VIE, SA LUTTE
1. Militant du Parti communiste
2. Trotskiste
3. Dissidence : désillusion et évolution
4. L’ultime dissidence : une étape décisive de sa pensée
5. Les potentialités de la raison
6. L’éveil de l’écologie et le pari technologique
7. Les métropoles : une croissance exponentielle aux conséquences désastreuses
8. Our synthetic environment, crisis in our cities, deux repères pour l’écologie
II – SON PARCOURS FÉCOND : LA SOIGNEUSE ÉLABORATION DE L'ÉCOLOGIE SOCIALE ET DU COMMUNALISME
1. Du naturalisme éthique au naturalisme dialectique
2. Sa démarche politique sur les acquis de l’histoire
3. L’Espagne libertaire : le chaînon manquant
4. La révolution espagnole : les anarchistes et le pouvoir
5. La révolution en Aragon : le confédéralisme en action
6. L’engagement avec les Verts allemands et ses enseignements
7. Bookchin et les anarchistes contemporains
8. Le projet communaliste, son importance
QUE FAIRE ICI ET MAINTENANT ?
I – LES DEUX TENTATIVES DANS LE CHAOS DE LA PÉRIPHÉRIE
1. La périphérie, au départ de l’effet domino de l’effondrement
2. Grandeur et limites de l’agir en périphérie
II – REGARDS INTROSPECTIFS SUR LA « ZONE PIÉTONNE DU CAPITALISME »
1. Même substrat, autre type de désintégration sociale
2. La confession britannique
3. Solitudes piégées dans les toiles virtuelles
4. Quand les écrans nous volent « l’attachement sûr »
5. Travestir « l’attachement sûr »
6. Notre opportunité dans l’ici et maintenant
III – ATTERRIR ICI ET MAINTENANT : CONSTRUIRE POUR NE PLUS SUBIR
1. Les déclencheurs potentiels
2. La collapsologie, ses courants, ses écueils
3. Le paradoxe et le défi
IV – EN DEHORS DE VECTEURS TOUT TRACÉS, SITUER NOTRE AGIR POUR ATTERRIR
1. La politique séquestrée
2. Libérer le champ du politique : créer de la communauté
V – CONSTRUIRE LE PROJET D'ÉCOLOGIE SOCIALE : TACTIQUE, PRIORITÉS ET STRATÉGIE
1. Rencontres, échanges, débats
2. Les revendications
3. La lutte des classes, le syndicalisme
4. Les luttes versus les alternatives
5. De la tragédie des communs à l’affirmation du commun
6. Promouvoir les alternatives coopératives
7. Vers un mouvement politique non professionnel
CONCLUSION
POSTFACE
NOTES

L’auteur

Floréal M. Romero est issu de la tradition anarchosyndicaliste espagnole par son père. Il adhère aux thèses de Bookchin et en devient un des principaux promoteurs en Espagne, mais aussi en France à travers des rencontres, des publications et des articles. Il vit en Andalousie où il est producteur d’avocats et travaille uniquement en lien avec des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP).

Parution :
Maison d’édition : éditions du commun
Genres :