Indignez-vous !

par HESSEL Stéphane

Couverture d’ouvrage : Indignez-vous !
Éditions :Livre
ISBN : ISBN 978-2-911939-76-1
Pages : 32

Certes, les raisons de s’indigner dans le monde complexe d’aujourd’hui peuvent paraître moins nettes qu’au temps du nazisme. Mais « cherchez et vous trouverez » : l’écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l’état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, aux Roms, la course au « toujours plus », à la compétition, la dictature des marchés financiers, jusqu’aux acquis bradés de la Résistance – retraites, Sécurité sociale…

Pour être efficace, il faut, comme hier, agir en réseau : Attac, Amnesty, la Fédération internationale des Droits de l’homme… en sont la démonstration. Alors, on peut croire Stéphane Hessel, et lui emboîter le pas, lorsqu’il appelle à une « insurrection pacifique ».

Extrait :

« Je crois effectivement que la non violence détient l’avenir. La non-violence détient le progrès de l’humanité. La violence ne les détient pas, même si on ne peut éviter la violence et par conséquent la condamner.

Et là, je rejoins Sartre, on ne peut pas condamner les terroristes qui jettent des bombes, on peut les comprendre. Sartre écrit en 1947 : « Je reconnais que la violence sous quelque forme qu’elle se manifeste est un échec. Mais c’est un échec inévitable parce que nous sommes dans un univers de violence. Et s’il est vrai que le recours à la violence reste la violence qui risque de la perpétuer, il est vrai aussi c’est l’unique moyen de la faire cesser. » A quoi j’ajouterais que la non-violence est un moyen plus sûr de la faire cesser.

On ne peut pas soutenir les terroristes comme Sartre l’a fait au nom de ce principe pendant la guerre d’Algérie, ou lors de l’attentat des jeux de Munich, en 1972, commis contre des athlètes israéliens. Ce n’est pas efficace et Sartre lui-même finira par s’interroger à la fin de sa vie sur le sens du terrorisme et à douter de sa raison d’être. Se dire, la violence n’est pas efficace, ça, c’est bien plus important que de savoir si on doit condamner ou pas ceux qui s’y livrent.

Le terrorisme n’est pas efficace. Dans la notion d’efficacité, il faut une espérance non violente. S’il existe une espérance violente, c’est dans la poésie de Verlaine : « Que l’espérance est violente » ; pas en politique. A nouveau, je cite Sartre, ses tout derniers mots en mars 1980, à trois semaines de sa mort : « Il faut essayer d’expliquer pourquoi le monde de maintenant, qui est horrible, n’est qu’un moment dans le long développement historique, que l’espoir a toujours été une des forces dominantes des révolutions et des insurrections, et comment je ressens encore l’espoir comme ma conception de l’avenir. »

Il faut comprendre que la violence tourne le dos à l’espoir. Il faut lui préférer l’espérance, l’espérance de la non violence. C’est le chemin que nous devons apprendre à suivre. Aussi bien du côté des oppresseurs que des opprimés, il faut arriver à une négociation pour faire disparaître l’oppression ; c’est ce qui permettra de ne plus avoir de violence terroriste. C’est pourquoi il ne faut pas laisser s’accumuler trop de haine. »

Parution :
Maison d’édition : Indigène Editions
Genres :

La fascinante démocratie du Rojava

Le contrat social de la Syrie du nord

par BANCE Pierre

Couverture d’ouvrage : La fascinante démocratie du Rojava
Éditions :Livre
ISBN : 979-10-93784-17-5
Taille : 15,00 x 21,00 cm
Pages : 600

Le Rojava n’est pas seulement une épopée militaire des Kurdes de Syrie contre  
l'État islamique, un havre d’émancipation pour les femmes, un imbroglio diplo-
matique digne de l’histoire moyen-orientale, un destin que l’on craint tragique,  
c’est aussi et d’abord une expérience politique et sociale inédite et fascinante.
PIERRE BANCE
Inédite, car elle lie, dans un même contrat social, la démocratie directe et le parle-
mentarisme. Alliage improbable de communes autonomes, d’assemblées législa-
tives et de conseils exécutifs fédérés. Fascinante, parce que fondée sur les droits de  
l’homme, les libertés fondamentales et l’écologie sociale, elle s’exprime au cœur  
d’un Proche-Orient pétri de dictatures, de démocraties chaotiques, d’États-nations  
aux visées hégémoniques, au milieu de sociétés aux coutumes patriarcales et aux  
pratiques religieuses conservatrices. Fascinante encore quand elle réussit à unir  
dans une même auto-administration, à égalité de droits et de devoirs, les peuples  
kurde, arabe, assyrien, chaldéen, turkmène, arménien, tchéchène, tcherkesse...  
de diverses confessions musulmanes, chrétiennes et yézidie, là où dominait la loi  
du plus fort.
Sans doute, tout ne fonctionne pas à merveille au nord de la Syrie. Comment  
pourrait-il en aller autrement avec la guerre impérialiste ottomane d’Erdoğan, la  
pression des obscurantistes du djihad, les menaces d’Assad de réinvestir le territoire  
et les trahisons des alliés russes et occidentaux. Néanmoins, tant les avancées en  
matière de droits et libertés que les expériences institutionnelles originales menées  
au Rojava intéresseront tous les démocrates qui cherchent à refonder un système  
de représentation déconsidéré. Comme ceux qui, de par le monde, aspirent à une  
société libérée de toute domination, car l’Administration autonome de la Syrie  
du Nord et de l’Est soulève la question de fond: comment se passer de l’État et  
dépasser le capitalisme?

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, ancien directeur des Éditions Droit et So-
ciété, est l’auteur d’Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et  
confédéralisme démocratique (Noir et Rouge, 2017). Ses travaux sont publiés sur  
le site Autre futur (http://www.autrefutur.net/).

Parution :
Maison d’édition : Noir & Rouge
Genres :
Extrait :

Le Rojava n’est pas seulement une épopée militaire des Kurdes de Syrie contre
l'État islamique, un havre d’émancipation pour les femmes, un imbroglio diplo-
matique digne de l’histoire moyen-orientale, un destin que l’on craint tragique,
c’est aussi et d’abord une expérience politique et sociale inédite et fascinante.
PIERRE BANCE
Inédite, car elle lie, dans un même contrat social, la démocratie directe et le parle-
mentarisme. Alliage improbable de communes autonomes, d’assemblées législa-
tives et de conseils exécutifs fédérés. Fascinante, parce que fondée sur les droits de
l’homme, les libertés fondamentales et l’écologie sociale, elle s’exprime au cœur
d’un Proche-Orient pétri de dictatures, de démocraties chaotiques, d’États-nations
aux visées hégémoniques, au milieu de sociétés aux coutumes patriarcales et aux
pratiques religieuses conservatrices.

LIRE LA SUITE

Fascinante encore quand elle réussit à unir
dans une même auto-administration, à égalité de droits et de devoirs, les peuples
kurde, arabe, assyrien, chaldéen, turkmène, arménien, tchéchène, tcherkesse...
de diverses confessions musulmanes, chrétiennes et yézidie, là où dominait la loi
du plus fort.
Sans doute, tout ne fonctionne pas à merveille au nord de la Syrie. Comment
pourrait-il en aller autrement avec la guerre impérialiste ottomane d’Erdoğan, la
pression des obscurantistes du djihad, les menaces d’Assad de réinvestir le territoire
et les trahisons des alliés russes et occidentaux. Néanmoins, tant les avancées en
matière de droits et libertés que les expériences institutionnelles originales menées
au Rojava intéresseront tous les démocrates qui cherchent à refonder un système
de représentation déconsidéré. Comme ceux qui, de par le monde, aspirent à une
société libérée de toute domination, car l’Administration autonome de la Syrie
du Nord et de l’Est soulève la question de fond: comment se passer de l’État et
dépasser le capitalisme?

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, ancien directeur des Éditions Droit et So-
ciété, est l’auteur d’Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et
confédéralisme démocratique (Noir et Rouge, 2017). Ses travaux sont publiés sur
le site Autre futur (http://www.autrefutur.net/).

REGROUPER

Petit guide de la Françafrique

Un voyage au coeur du scandale

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Petit guide de la Françafrique
Éditions :Livre
Taille : 15,00 x 20,00 cm
Pages : 95
Parution :
Maison d’édition : Survie
Genres :
Extrait :

La Françafrique, système de domination et d’ingérence basé sur des mécanismes officiels et officieux, n’est apparue dans le débat public qu’au début des années 2000. Devenue dérangeante pour l’image des politiques français, elle fait depuis quelques années l’objet de déclarations tonitruantes (d’hypocrisie et de fausseté) sur la « rupture » ou la « fin de la Françafrique » que revendiquent les présidents français successifs. On reconnaît ainsi, pour mieux les enterrer symboliquement, que les relations criminelles entre la France et les pays de son traditionnel pré carré africain, se sont fondées depuis les indépendances officielles sur le détournement de l’aide publique, le pillage des matières premières, le soutien politique et militaire à des régimes autocratiques et corrompus, la participation directe ou indirecte à des coups d’État et des guerres civiles, etc. Une victoire pour la vérité historique, mais l

LIRE LA SUITE

enjeu est bien de démontrer que ces relations se perpétuent aujourd’hui, malgré leurs évolutions.

Pour vous aider à découvrir cette Françafrique trop méconnue et ses mutations en cours, l’association Survie vous propose donc cette nouvelle version de son célèbre guide, indispensable à tout voyageur tourné vers l’Afrique et la solidarité internationale. Vous pourrez ainsi découvrir un à un les pays, les principaux acteurs officieux et institutionnels du moment, ainsi que certains des exemples les plus marquants de ces relations criminelles qui perdurent entre la France et le continent africain. Mais le voyage ne serait pas complet sans une virée vers les résistances et les alternatives, que ce guide actualisé n’omettra pas de vous suggérer.

REGROUPER

Longo mai Révolte et utopie après 68

vie et autogestion dans les coopératives européennes

par GRAF Beatriz

Couverture d’ouvrage : Longo mai Révolte et utopie après 68
Éditions :Livre
ISBN : 3-908544-83-1
Taille : 16,00 x 21,00 cm
Pages : 176

En 1973, une poignée de jeunes d'Autriche, d'Allemagne et de Suisse ont lancé le projet plein d'espoir d'une "coopérative européenne" appelée Longo maï. Beatriz Graf, qui est impliquée depuis le tout début, décrit en détail la genèse et l'histoire de ces établissements pionniers européens uniques. Pour la première fois, un initié donne un aperçu du légendaire Longo maï et explore la question de savoir ce qu'est devenue l'alternative de vie mondiale et comment Longo maï s'est développée et a changé en 30 ans.

Beatriz Graf (*1955)

Beatriz (Trixie) Graf est née à Rio de Janeiro en 1955. À l'âge de trois ans, elle est venue à Vienne, où elle a grandi et obtenu son diplôme d'études secondaires en 1973. Elle s'est ensuite rendue à Longo maï en Provence pour les vacances d'été. Les vacances se sont avérées plus longues que prévu, car elle est restée et a fait partie de Longo maï. Ses principales activités à Longo maï étaient les publications, la musique et la finance. En 1999, elle a décidé d'étudier la littérature et l'histoire allemandes à l'université d'Aix en Provence. Aujourd'hui, elle vit à Vienne et enseigne dans un lycée humaniste. Beatriz Graf a trois enfants et est une grand-mère enthousiaste.

Parution :
Maison d’édition : Thesis
Genres :

Rage de camp

pistes et outils pour un campement autogéré

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Rage de camp
Éditions :Livre
Taille : 16,00 x 27,00 cm
Pages : 324

Rage de camp, c’est un essai, un outil, un petit pavé à balancer à la face de ce monde pourri !

À l’intérieur on a tenté de répondre à quelques questions épineuses quand on veut se retrouver à nombreux-ses. Par exemple : comment assurer la bouffe pour plusieurs centaines de personnes ? De quels espaces et de quels rôles a-t-on besoin pour se sentir toutes et tous bien ? Est-ce que tout est à prix libre ? Et pour l’élec’, c’est quoi le mieux : groupe électro ou piratage du réseau ?

Mais c’est pas tout, parce que mettre sur pied un campement avec une autogestion qui roule, c’est galère. On n’a pas toutes les solutions, on n’a pas tout essayé et on s’est parfois planté·e·s en beauté. C’est pour ça que ce bouquin est là : pour raconter tout ça, à plusieurs voix.

À l’intérieur y a aussi des trucs pour discuter à 200 en trois langues différentes ; des tuyaux pour assembler des tuyaux d’eau ; des réflexions sur le pouvoir, l’organisation et sa litanie de commissions ; des ficelles pour monter des actions avec legal et medic team sur le qui-vive ; des douces injonctions à la communication (sécurisée!) ; des pistes pour composer sans se décomposer… Un tour d’horizon, quoi.

Ouvrir et partager nos perspectives révolutionnaires, ce n’est pas une mince affaire. On espère que ce petit guide aidera à monter un camp mieux que nous !

Ramène ta pioche, tes potes, et ton chap’ !

Rage de Camp, pistes et outils pour un campement autogéré est un bouquin auto-édité à 500 exemplaires. Ce livre a été écrit, illustré, mis en page et diffusé par un collectif de personnes amateureuses dans cette « discipline ». Il a pour objectif de donner des pistes et des outils pour l’organisation d’évènements autogérés. L’idée de ce livre est née suite au campement d’août 2015 à Bure. Nous avons voulu transmettre et partager les expériences vécues lors de l’organisation de ce moment. Revenir sur ce qui a marché, réfléchir aux erreurs, essayer de faire en sorte de ne pas réinventer l’eau chaude.

Parution :
Maison d’édition : Rage de camp
Genres :

Détruire les villes avec poésie et subversion

Désurbanisme, fanzine de critique urbaine (2001-2006)

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Détruire les villes avec poésie et subversion
Éditions :Livre
ISBN : 979-10-91772-02-0
Taille : 14,00 x 20,00 cm
Pages : 552

« Détruire les villes ?
Mais vous n'y pensez pas ?
Mais si, mais si, on y pense... évidemment on ne va pas y aller au bulldozer ; pas non plus avec le dos de la cuillère. Pour l'instant, on utilise la poésie pour semer le doute dans les têtes... Et si une nuit étoilée ou une énorme vague avait plus de sens qu'un bus bondé aux heures de pointe? »

Espace dominé et structuré par le Capital, la ville offre un terrain de lutte et de critique du capitalisme.
Publié de 2001 à 2006, Désurbanisme est un fanzine d'amoureux des villes passionnés par leur destruction, une boite à outils mêlant pensées et expériences critiques dans laquelle la lutte peut puiser du combustible.

Parution :
Maison d’édition : Le monde à l'envers
Genres :

Joe Hill

Bread, roses and songs

par ROSEMONT Franklin

Couverture d’ouvrage : Joe Hill
Éditions :Livre
ISBN : 9782915731347
Taille : 15,50 x 22,50 cm
Pages : 600

Immigré aux États-Unis, Joe Hill consacre sa vie à la lutte révolutionnaire pour le syndicat Industrial Workers of the World (IWW). Hobo, il va de grève en grève utilisant pour arme son talent de songwriter. Ses chansons deviennent des hymnes dans la classe prolétaire et incarnent très vite l’ensemble des IWW.

En 1915, il est condamné à mort en Utah, suite à un coup monté pour lequel il est accusé de meurtre et d’un procès à charge où aucune preuve n’est établie. Joe Hill devient alors un symbole de l’oppression capitaliste et étatique.

De nombreux artistes vont chanter son destin parmi lesquels, pour les plus connus par le “tout public“ : Joan Baez, Bruce Springsteen, Tom Morello (Rage against the machine)…

Franklin Rosemont écrit ici la biographie référence de Joe Hill. Mais bien plus que l’histoire du songwriter, il balaye l’ensemble des pans de la culture populaire étatsunienne : racisme, féminisme, question indienne, religion, justice, écologie…

Parution :
Maison d’édition : Éditions CNT-RP
Genres :

Anarchistes dans la Révolte Populaire de 2017 au Venezuela

par MONTES DE OCA Rodolfo

Couverture d’ouvrage : Anarchistes dans la Révolte Populaire de 2017 au Venezuela
Éditions :Livre
ISBN : 9782915514988
Taille : 15,00 x 23,50 cm
Pages : 102

L'activiste et avocat anarchiste Rodolfo Montes de Oca, proche des organisations de peuples indigènes et paysans, aborde un événement inédit et majeur de l'histoire récente du Venezuela.

Essai historique et témoignage de première main, l'ouvrage s'intéresse à la participation anarchiste à la révolte populaire de 2017 et explique en quoi le gouvernement "bolivarien" a fait d'une démocratie progressiste la première dictature latino-américaine du XXIe siècle. Ce texte, qui ouvre la voie à un renouvellement de l'anarchisme, est illustré par de nombreuses photos.

Parution :
Maison d’édition : Éditions du Monde Libertaire
Genres :

L’imprévu

Du centre à la périphérie

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : L’imprévu
Éditions :Livre
Taille : 9,00 x 13,00 cm
Pages : 98

Et c’est justement pour saisir l’instant qu’il est nécessaire de commencer à regarder ailleurs et autrement. A penser comment couper la carte de l’adversaire, plutôt que de répondre à son jeu. A comment le rendre confus, plutôt que de le repousser. A comment le surprendre, possiblement en étant là où il ne nous attend pas, en faisant ce à quoi il ne s’attend pas. En tentant de comprendre non pas comment faire ce qui s’est toujours fait, mais comment faire ce qui ne s’est jamais fait. Attendre les situations au coin pour les faire précipiter, plutôt que de courir derrière pour les influencer avec le poids de notre (timide) présence. Ou encore intervenir en parcourant la périphérie des situations sans être bloqués par l’embouteillage à leur centre. Ou encore, justement, les anticiper pour les faire dérailler ailleurs, en ruinant les projets de l’ennemi.

Parution :
Maison d’édition : Hourriya
Genres :

Affinité et organisation informelle

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Affinité et organisation informelle
Éditions :Livre
Taille : 9,00 x 13,00 cm
Pages : 96

Si la question n’est plus de comment organiser les gens pour la lutte, elle devient comment organiser la lutte. Nous pensons que des archipels de groupes affinitaires, indépendants les uns des autres, qui peuvent s’associer selon des perspectives partagées et des projets concrets de lutte, sont la meilleure manière pour passer directement à l’offensive. Cette conception offre la plus grande autonomie et le plus large champ d’action possible. Il est nécessaire et possible de trouver des manières de s’organiser informellement qui permettront la rencontre entre des anarchistes et d’autres rebelles, des formes d’organisation qui ne sont pas destinées à se perpétuer, mais sont orientées vers un but spécifique et insurrectionnel

Parution :
Maison d’édition : Hourriya
Genres :