Petit guide de la Françafrique

Un voyage au coeur du scandale

par COLLECTIF

Couverture d’ouvrage : Petit guide de la Françafrique
Éditions :Livre
Taille : 15,00 x 20,00 cm
Pages : 95
Parution :
Maison d’édition : Survie
Genres :
Extrait :

La Françafrique, système de domination et d’ingérence basé sur des mécanismes officiels et officieux, n’est apparue dans le débat public qu’au début des années 2000. Devenue dérangeante pour l’image des politiques français, elle fait depuis quelques années l’objet de déclarations tonitruantes (d’hypocrisie et de fausseté) sur la « rupture » ou la « fin de la Françafrique » que revendiquent les présidents français successifs. On reconnaît ainsi, pour mieux les enterrer symboliquement, que les relations criminelles entre la France et les pays de son traditionnel pré carré africain, se sont fondées depuis les indépendances officielles sur le détournement de l’aide publique, le pillage des matières premières, le soutien politique et militaire à des régimes autocratiques et corrompus, la participation directe ou indirecte à des coups d’État et des guerres civiles, etc. Une victoire pour la vérité historique, mais l

LIRE LA SUITE

enjeu est bien de démontrer que ces relations se perpétuent aujourd’hui, malgré leurs évolutions.

Pour vous aider à découvrir cette Françafrique trop méconnue et ses mutations en cours, l’association Survie vous propose donc cette nouvelle version de son célèbre guide, indispensable à tout voyageur tourné vers l’Afrique et la solidarité internationale. Vous pourrez ainsi découvrir un à un les pays, les principaux acteurs officieux et institutionnels du moment, ainsi que certains des exemples les plus marquants de ces relations criminelles qui perdurent entre la France et le continent africain. Mais le voyage ne serait pas complet sans une virée vers les résistances et les alternatives, que ce guide actualisé n’omettra pas de vous suggérer.

REGROUPER

Longo mai Révolte et utopie après 68

vie et autogestion dans les coopératives européennes

par GRAF Beatriz

Couverture d’ouvrage : Longo mai Révolte et utopie après 68
Éditions :Livre
ISBN : 3-908544-83-1
Taille : 16,00 x 21,00 cm
Pages : 176

En 1973, une poignée de jeunes d'Autriche, d'Allemagne et de Suisse ont lancé le projet plein d'espoir d'une "coopérative européenne" appelée Longo maï. Beatriz Graf, qui est impliquée depuis le tout début, décrit en détail la genèse et l'histoire de ces établissements pionniers européens uniques. Pour la première fois, un initié donne un aperçu du légendaire Longo maï et explore la question de savoir ce qu'est devenue l'alternative de vie mondiale et comment Longo maï s'est développée et a changé en 30 ans.

Beatriz Graf (*1955)

Beatriz (Trixie) Graf est née à Rio de Janeiro en 1955. À l'âge de trois ans, elle est venue à Vienne, où elle a grandi et obtenu son diplôme d'études secondaires en 1973. Elle s'est ensuite rendue à Longo maï en Provence pour les vacances d'été. Les vacances se sont avérées plus longues que prévu, car elle est restée et a fait partie de Longo maï. Ses principales activités à Longo maï étaient les publications, la musique et la finance. En 1999, elle a décidé d'étudier la littérature et l'histoire allemandes à l'université d'Aix en Provence. Aujourd'hui, elle vit à Vienne et enseigne dans un lycée humaniste. Beatriz Graf a trois enfants et est une grand-mère enthousiaste.

Parution :
Maison d’édition : Thesis
Genres :

Le Vingtième Siècle américain

Une histoire populaire de 1890 à nos jours

par ZINN Howard

Couverture d’ouvrage : Le Vingtième Siècle américain
Éditions :Livre
ISBN : 2748900014
Taille : 12,00 x 21,00 cm
Pages : 476

De la guerre aux Philippines à la « croisade contre le Mal », dernier avatar de la domination mondiale de l’après-guerre, l’impérialisme américain n’a cessé de se renforcer. L’Union soviétique servit de prétexte aux interventions en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, interventions qui culminèrent avec la guerre meurtrière du Vietnam. À son tour, l’attentat du 11 septembre 2001 permit de justifier le bombardement de l’Afghanistan et la guerre contre l’Irak. Des guerres extérieures qui sont aussi des guerres intérieures. Ce livre raconte comment un siècle de politique expansionniste a pesé sur ceux que les histoires officielles ont toujours oubliés, leur résistance et leurs victoires, la permanence des luttes pacifistes et anti-impérialistes ; de la naissance du féminisme à son intégration dans la lutte des classes, du développement du syndicalisme révolutionnaire au mouvement des droits civiques.

Howard Zinn

Auteur d’Une histoire populaire des États-Unis et d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à l’incidence des mouvements populaires sur la société américaine, Howard Zinn (1922–2010) a été tour à tour docker, bombardier, cantonnier et manutentionnaire avant d’enseigner à la Boston University. Militant de la première heure pour les droits civiques et contre la guerre du Vietnam, il a conçu son métier d’historien comme indissociable d’un engagement dans les luttes sociales.

Parution :
Maison d’édition : Agone
Genres :

Joe Hill

Bread, roses and songs

par ROSEMONT Franklin

Couverture d’ouvrage : Joe Hill
Éditions :Livre
ISBN : 9782915731347
Taille : 15,50 x 22,50 cm
Pages : 600

Immigré aux États-Unis, Joe Hill consacre sa vie à la lutte révolutionnaire pour le syndicat Industrial Workers of the World (IWW). Hobo, il va de grève en grève utilisant pour arme son talent de songwriter. Ses chansons deviennent des hymnes dans la classe prolétaire et incarnent très vite l’ensemble des IWW.

En 1915, il est condamné à mort en Utah, suite à un coup monté pour lequel il est accusé de meurtre et d’un procès à charge où aucune preuve n’est établie. Joe Hill devient alors un symbole de l’oppression capitaliste et étatique.

De nombreux artistes vont chanter son destin parmi lesquels, pour les plus connus par le “tout public“ : Joan Baez, Bruce Springsteen, Tom Morello (Rage against the machine)…

Franklin Rosemont écrit ici la biographie référence de Joe Hill. Mais bien plus que l’histoire du songwriter, il balaye l’ensemble des pans de la culture populaire étatsunienne : racisme, féminisme, question indienne, religion, justice, écologie…

Parution :
Maison d’édition : Éditions CNT-RP
Genres :

La Collectivisation en Espagne

1936 : une révolution autogestionnaire

par COLLECTIF Rehdic

Couverture d’ouvrage : La Collectivisation en Espagne
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-9157-3138-5
Taille : 11,00 x 17,00 cm
Pages : 110

En 1936, en Espagne, la gauche gagne les élections. Une partie de la population décide d’aller plus loin et s’organise selon les principes de l’anarcho-syndicalisme. En 1936, face au putsch de Franco, des régions entières du pays mettent en place ce que l’on définissait encore comme une utopie : le communisme libertaire. La victoire fasciste viendra clore cette expérimentation à nulle autre pareille.

Ce livre décrit ce qu’elle fut concrètement, puis l’illustre par le témoignage d’un paysan de la collectivité de Calanda.

Une excellente première approche de la révolution espagnole. A compléter par la lecture de “La Tragédie de l’Espagne” pour avoir une vision d’ensemble de ce temps majeur de l’histoire moderne des utopies.

Parution :
Maison d’édition : Éditions CNT-RP
Genres :

Panorama des groupes révolutionnaires armés français

de 1968 à 2000

par EL MOUKADEM Hazem

Couverture d’ouvrage : Panorama des groupes révolutionnaires armés français
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-84761-801-3
Taille : 13,00 x 18,00 cm
Pages : 368

Une chronologie commentée des mouvements révolutionnaires armés français de 1968 à 2000.
La France semble atteinte d'un étrange syndrome, qui fait que ses frontières semblent la protéger de tous les maux. Il en a été ainsi du nuage radioactif de Tchernobyl, qui a survolé tous les pays voisins, mais qui a eu le bon goût de contourner l'hexagone. De même la crise qui touche nos amis grecs, italiens, espagnols, anglais… nous épargne étrangement, malgré quelques remous ici et là – mais on sait que nos chômeurs sont des fainéants, nos ouvriers de mauvais coucheurs, nos amis étrangers et rroms des égoïstes qui n‘ont aucune reconnaissance pour les gouvernants, et nos taulards des gens de mauvaise fois.
Ainsi, d'après ce qu'on nous affirme ici et là, pendant les « années de plomb », si des mouvements révolutionnaires armés se sont exprimés en Allemagne, en Italie et un peu partout en Europe, il n'y aurait rien eu de particulier en France. Enfin rien de réellement notable. Même pas de quoi en écrire l'histoire. Dixit les July, Glucksmann, Castro, BHL, et tant d'autres, aujourd'hui occupant tous des postes de pouvoir, tant dans la presse, la culture, la politique que l'économie…
Toutes les politiques institutionnelles de ce pays semblent fonctionner désormais avec, comme base affirmée, la négation du mouvement armé. Une des tâches de l'antiterrorisme est d'ailleurs de fabriquer de l'unanimité autour de la dépolitisation et de la criminalisation des résistances du mouvement révolutionnaire.
Et force est de constater qu'en France, l'extrême gauche, pour l'essentiel, a participé à ce large consensus.

Parution :
Maison d’édition : Al Dante
Genres :

Nous voulons tout

par BALESTRINI Nanni

Couverture d’ouvrage : Nous voulons tout
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-940426-24-9
Taille : 13,00 x 20,00 cm
Pages : 174

Roman traduit de l’italien par Pascale Budillon Puma

Postface d’Ada Tosatti +

Du prin­temps à l’automne 1969, par­tant de la célè­bre usine turi­noise Fiat, la révolte ouvrière enflamme l’Italie et lance son cri de guerre contre la classe bour­geoi­se : nous vou­lons tout. C’est « l’automne chaud », moment fort de la longue vague révo­lu­tion­naire qui va secouer la pénin­sule au cours des années soixante-dix. Au centre des luttes trône la figure de l’ouvrier-masse, emblème de la rage, de la spon­ta­néité et de l’auto­no­mie ouvrière, qui affirme le refus du tra­vail et la des­truc­tion vio­lente du sys­tème d’exploi­ta­tion capi­ta­liste. Par une nar­ra­tion sans répit, en prise directe avec la réa­lité des révol­tes et la voix de ses pro­ta­go­nis­tes, Nanni Balestrini plonge au cœur de l’émergence lin­guis­ti­que et poli­ti­que de ce nou­veau sujet révo­lu­tion­naire, il fait enten­dre dans la chair même du texte le pas­sage de la rébel­lion ins­tinc­tive et indi­vi­duelle du pro­ta­go­niste à la dimen­sion col­lec­tive de la lutte. Expérimentation lit­té­raire, ancrage his­to­ri­que et puis­sance de l’ora­lité font de ce roman l’un des témoi­gna­ges les plus auda­cieux et vivants de la longue saison des révol­tes.

Nanni Balestrini est né à Milan en 1935. Membre du groupe des poètes d’avant-garde I Novissimi, il est parmi les fon­da­teurs, en 1963, du Gruppo 63. Il tra­vaille dans l’édition – comme direc­teur lit­té­raire chez l’éditeur mila­nais Feltrinelli de 1962 à 1972 – et aussi pour le cinéma et la télé­vi­sion. Il a dirigé les men­suels cultu­rels Quindici et Alfabeta. Plusieurs de ses romans ont été tra­duits en fran­çais.

Parution :
Maison d’édition : entremonde
Genres :

Écopunk

Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale

par BLAKE Dom, HEIN Fabien

Couverture d’ouvrage : Écopunk
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-36935-036-1
Pages : 220

Le punk rock est un formidable élan de créativité et d’énergie artistique qui se décline dans de multiples sous-genres. Mais c’est aussi une constellation d’idées et de pratiques collectives qui forment depuis les années 1980 un puissant mouvement contestataire, notamment sur le plan écologique.

Ce livre montre que la contre-culture punk, et en particulier son courant anarcho-punk, a eu, depuis plus de trente ans, une influence décisive dans la diffusion de représentations et de modes d’action politiques et environnementaux. Du véganisme à la permaculture, de la défense des animaux contre l’industrie agroalimentaire à celle de la nature face à la prédation techno-industrielle, de la création de zones autonomes temporaires dans les villes à la recherche de l’autonomie collective en milieu rural, les punks ont su détecter et s’approprier avant l’heure de nouvelles formes de résistance à l’ordre néolibéral triomphant. L’extraordinaire vitalité de leur scène musicale en a permis la circulation auprès de tout un pan de la jeunesse revolutionnaire, et si une part de cette révolte semble avoir été absorbée par la culture dominante, sa forme peut-être la plus radicale lutte aujourd’hui pour inventer un autre monde dans les brèches du capitalisme.

Parution :
Maison d’édition : le passager clandestin
Genres :

À propos des auteurs

BLAKE Dom

HEIN Fabien

Histoire de l’anarchisme aux États-Unis d’Amérique

(1826-1886)

par CREAGH Ronald

Couverture d’ouvrage : Histoire de l’anarchisme aux États-Unis d’Amérique
Éditions :Livre
ISBN : 2-85919-041-4
Taille : 14,50 x 21,00 cm
Pages : 345

Paru en 1981, l’ouvrage de Ronald Creagh est une étude des premières manifestations de l’anarchisme aux USA au XIXe siècle.

« Un itinéraire tracé par la Déclaration d’indépendance de 1776, considérée comme une proclamation de la souveraineté des peuples sur leur gouvernants.
Telle aurait été jusqu’à la fin du 19ème siècle l’odyssée des anarchistes aux États-Unis si leur rapport avec les pouvoirs établis n’avait engendrée une dialectique hautement conflictuelle.
Le refus de toute relation dominatrice a conduit une minorité – moins marginale et plus influente qu’on ne le pense – à un réexamen des effets historiques de la démocratie. »

Parution :
Maison d’édition : La Pensée Sauvage
Genres :

Proudhon et l’anarchie

par COLSON Daniel

Couverture d’ouvrage : Proudhon et l’anarchie
Éditions :Livre
ISBN : 978-2-35104-100-0
Taille : 14,50 x 21,00 cm
Pages : 192

Pourquoi s’intéresser à Proudhon  ? En quoi son œuvre peut-elle prétendre fournir un des principaux ressorts théoriques de l’anarchisme  ? Qu’est-ce que l’un et l’autre – Proudhon et l’anarchisme – apportent comme perspectives et comme espérances à un projet émancipateur si visiblement démenti par les faits  ? C’est à ces questions que les textes présentés dans ce livre voudraient répondre.

- Marx et Proudhon
- Proudhon et la sociologie
- Anarchie, révolte et conflits - La solution proudhonienne
- La liberté des libertaires - Proudhon et Spinoza
- L’homme et l’anarchie - Les degrés de la puissance et de la liberté
- Anarchie et puissance du dehors - Proudhon et Simondon
- Proudhon et Leibniz - Anarchie et monadologie

Daniel Colson participe activement à la vie du mouvement libertaire à Lyon depuis le début des années soixante-dix. Il fait plus particulièrement partie du collectif qui anime la librairie libertaire La Gryffe depuis sa création en 1978. Auteur entre autres du Petit Lexique philosophique de l’anarchisme, de Proudhon à Deleuze et de l’Anarchisme de Malatesta, il est membre du collectif de rédaction de la revue Réfractions.

Parution :
Maison d’édition : Atelier de Création Libertaire
Éditeurs :
Genres :