Agir ici et maintenant

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"I assign myself no rank or any limit, and such an attitude is very much against the trend of the times. But my world has become one of infinite possibilities." - Ralph Ellison, Invisible Man

Agir ici et maintenant

Author: Floréal M. Romero
Pages: 272
Genre(s): , Anarchisme, Ecologie Sociale, municipalisme libertaire
Publisher: Editions du Commun
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
Préface de Pinar Selek Postface d’Isabelle Attard Résumé L’effondrement qui vient n’est pas seulement celui des humains et de leur milieu, mais bien celui du capitalisme par nature prédateur et sans limites. Historiquement désencastré du social et nourri par l’exploitation et la marchandisation des personnes, il étend désormais son emprise sur toute la planète et sur tous les domaines du vivant. C’est en se désengageant d’un constat fataliste et culpabilisant que nous retrouverons une puissance d’agir ici et maintenant. Quoi de mieux, pour cela, que de relire Murray Bookchin et d’appréhender toutes les expérimentations et pratiques qui se développent après lui, aujourd’hui, autour de nous ? Floréal M. Romero dresse ici le portrait du fondateur de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. Il retrace son histoire, son cheminement critique et politique. De l’Espagne au Rojava, en passant par le Chiapas, l’auteur propose, à partir d’exemples concrets, des manières d’élaborer la convergence des luttes et des alternatives pour faire germer un nouvel imaginaire comme puissance anonyme et collective. Essai autant que manifeste, ce livre est une analyse personnelle et singulière de la pensée de Bookchin qui trouve une résonance bien au-delà de l’expérience de l’auteur. Il apporte des conseils pratiques pour sortir du capitalisme et ne pas se résigner face à l’effondrement qui vient. Sommaire PRÉFACE EN DEHORS DU SPECTACLE INTRODUCTION GENÈSE ET ACTUALITÉ DE LA PENSÉE
DE MURRAY BOOKCHIN (1921-2006) I – SA VIE, SA LUTTE 1. Militant du Parti communiste 2. Trotskiste 3. Dissidence : désillusion et évolution 4. L’ultime dissidence : une étape décisive de sa pensée 5. Les potentialités de la raison 6. L’éveil de l’écologie et le pari technologique 7. Les métropoles : une croissance exponentielle aux conséquences désastreuses 8. Our synthetic environment, crisis in our cities, deux repères pour l’écologie II – SON PARCOURS FÉCOND : LA SOIGNEUSE ÉLABORATION DE L'ÉCOLOGIE SOCIALE ET DU COMMUNALISME 1. Du naturalisme éthique au naturalisme dialectique 2. Sa démarche politique sur les acquis de l’histoire 3. L’Espagne libertaire : le chaînon manquant 4. La révolution espagnole : les anarchistes et le pouvoir 5. La révolution en Aragon : le confédéralisme en action 6. L’engagement avec les Verts allemands et ses enseignements 7. Bookchin et les anarchistes contemporains 8. Le projet communaliste, son importance QUE FAIRE ICI ET MAINTENANT ? I – LES DEUX TENTATIVES DANS LE CHAOS DE LA PÉRIPHÉRIE 1. La périphérie, au départ de l’effet domino de l’effondrement 2. Grandeur et limites de l’agir en périphérie II – REGARDS INTROSPECTIFS SUR LA « ZONE PIÉTONNE DU CAPITALISME » 1. Même substrat, autre type de désintégration sociale 2. La confession britannique 3. Solitudes piégées dans les toiles virtuelles 4. Quand les écrans nous volent « l’attachement sûr » 5. Travestir « l’attachement sûr » 6. Notre opportunité dans l’ici et maintenant III – ATTERRIR ICI ET MAINTENANT : CONSTRUIRE POUR NE PLUS SUBIR 1. Les déclencheurs potentiels 2. La collapsologie, ses courants, ses écueils 3. Le paradoxe et le défi IV – EN DEHORS DE VECTEURS TOUT TRACÉS, SITUER NOTRE AGIR POUR ATTERRIR 1. La politique séquestrée 2. Libérer le champ du politique : créer de la communauté V – CONSTRUIRE LE PROJET D'ÉCOLOGIE SOCIALE : TACTIQUE, PRIORITÉS ET STRATÉGIE 1. Rencontres, échanges, débats 2. Les revendications 3. La lutte des classes, le syndicalisme 4. Les luttes versus les alternatives 5. De la tragédie des communs à l’affirmation du commun 6. Promouvoir les alternatives coopératives 7. Vers un mouvement politique non professionnel CONCLUSION POSTFACE NOTES L’auteur Floréal M. Romero est issu de la tradition anarchosyndicaliste espagnole par son père. Il adhère aux thèses de Bookchin et en devient un des principaux promoteurs en Espagne, mais aussi en France à travers des rencontres, des publications et des articles. Il vit en Andalousie où il est producteur d’avocats et travaille uniquement en lien avec des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP).
Notes

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"... a mind needs books as a sword needs a whetstone, if it is to keep its edge." - George R.R. Martin, A Game of Thrones

Cravirola

Author: Jérémie Lefranc
Pages: 172
Genre(s): , Ecologie Sociale, Communautaire, Coopérative, Collectif
Publisher: Edtions du Commun
Subject:
Country:
Publication Year: 2020
Finished? No
Description
Résumé La coopérative Cravirola a marqué toutes les personnes qui l’ont côtoyée et plus largement les milieux militants du début des années 2000. Ses membres se sont posé comme enjeu politique de vivre et travailler autrement et ont choisi comme moyen la coopérative, la paysannerie et la ruralité. Jérémie Lefranc nous livre ici son expérience au sein de cette communauté de vie et de travail. Nous suivons sur dix années la vie quotidienne d’un collectif, rythmée par les activités, les chantiers, les relations en interne comme au voisinage en passant par les questions financières et les choix stratégiques. L’auteur nous embarque dans un récit ancré dans une réalité qui nous est tout autant familière que singulière. Au niveau médiatique et grand public, les expérimentations autogestionnaires et les vies en communauté sont associées à l’après mai 68. En les reléguant à une période bien définie du passé, nous condamnons ce type d’expériences au statut d’archive et à une bulle temporelle de possibles révolus. Ce texte permet de rappeler le caractère actuel de nombreuses expérimentations autogestionnaires et par la même nourrit et documente la nécessité de repenser nos relations aux autres, à notre environnement et notre rapport à un monde libéral, capitaliste et fini. L'auteur Cheville ouvrière de la Coopérative Cravirola entre 2002 et 2012, Jérémie Lefranc a depuis mené une recherche-action visant à l’obtention d’un Diplôme de Hautes Études en Pratiques Sociales (DHEPS) consacré à l’étude des « crises » dans les structures à visées autogestionnaires.
Notes
Livre très intéressant pour toute personne vivant en communauté car très basé sur les rapports humains dans des situations que l'on rencontre fréquemment en habitat collectif.

Conférence : la pensée de Murray Bookchin par Vincent Gerber

Ce lundi 24 février nous avons organisé en collaboration avec la Coloquinte et le café 648, une conférence portant sur le municipalisme libertaire et l’écologisme social. Venus nombreux, le public a pu (re-)découvrir un courant de pensée qui place les individus, leur environnement direct, leur volonté et leurs actions au centre de leurs préoccupations. La pensée de Bookchin n’ayant pas trouvé d’écho de son vivant , d’aucun pensaient qu’elle disparaîtrait avec lui, le jour où il est décédé. Quelques années plus tard, quelques crises plus tard, quelques abus et manipulations plus tard, quelques colères populaires plus tard, ses ouvrages ont non seulement été redécouverts, mais nombre de communautés ont mis en application ses thèses (pas toutes fondamentalement nouvelles, mais intégrées dans un ensemble cohérent et actualisé), avec un succès non démenti pour des populations de plusieurs milliers d’individus. S’en est suivi un échange d’abord avec Vincent puis entre personnes du public sur les « pourquoi » puis les « comment » d’une telle démarche. Le scepticisme de certain·e·s, la certitude d’autres, mais surtout la volonté commune de s’engager pour les générations futures et les générations actuelles, pour nos voisin·e·s, mais surtout pour nous, tou·t·es. Nous tou·t·es et maintenant.
(un) Résumé de la conférence L’idée est qu’un changement radical ne peut advenir que dans un environnement qui lui est favorable. En s’appuyant sur des exemples historiques récents, notamment celui des Kurdes, il est montré que l’état, celleux qui le manipulent, ses suppôts et ses esclaves, ne pourront disparaître qu’après une crise… à condition que des solutions de remplacement aient été préalablement pensées et appliquées par la population elle-même. Ainsi il est possible, nécessaire, de développer des structures fédéralistes, associatives permettant aux habitant·e·s d’un lieu de se le réapproprier plutôt que d’attendre de voir ce que les représentant·e·s légaux·ales en feront sous la pression de lobbys divers. L’action peut commencer à petite échelle. Prenant comme exemple les habitant·e·s d’un quartier désireux de transformer un parc en potager collectif, se retroussant juste les manches pour assouvir ce désir. « Nous, habitant·e·s de ce quartier, ne désirons pas ceci, mais voulons cela pour notre parc », après quelques réticence la mairie a dû se plier à cette volonté populaire, et a ensuite réquisitionné un bâtiment à l’abandon afin de le réhabiliter et de le mettre à leur disposition. Ce que la mairie n’utilisait pas, les habitant·e·s du quartier l’ont utilisé, pour le bien-être de tou·te·s. Le « bien collectif » a perdu son sens, s’est terni avec le temps,c’est à tout un·e chacun·e de lui redonner de l’éclat. En ville, en banlieue ou dans les campagnes, chaque lieu à ses spécificités, sa topographie, ses talents , ses défauts et ses limites, chaque lieu doit correspondre aux besoins, aux envies de ceux qui y vivent, et qui mieux qu’eux-même peut prétendre à les connaître ? Un·e·tel·le se présentant à la mairie d’une ville sans jamais y avoir habité ? Un pouvoir parisien centralisé ? Une entreprise dont le siège social se trouve sur une île qui va bientôt disparaître avec la montée des eaux ? Nous pouvons récupérer la main mise sur des éléments négligés par l’état – et les grandes sociétés – mais qui ont un impact direct sur notre quotidien et sur notre qualité de vie. Puis par grignotage, effriter des pans entiers du pouvoir en place, qu’il soit politique ou économique. En parallèle, ces actions collectives permettront de nous organiser en structures basées sur la démocratie directe, en structures libertaires ou chacun pourra donner son avis sur l’utilisation présente et future de tel ou tel bien commun. Pour acquérir une certain expérience, de bonnes habitudes, il faut commencer par des problèmes simples, résolus en petit comité, puis avec le temps s’agrandir (par le nombre de participants, son étalement géographique…) et s’attaquer à des problèmes de plus en plus complexes. (on s’occupe de la réappropriation d’un rond point en potager solidaire, avec un groupe de 20 personnes habitant autour du rond point… puis on s’attaque à la gestion d’une centrale nucléaire avec les 500 000 personnes qui vivent autour). La crise de 2008, l’effondrement de Leman Brother, a montré la fragilité de ces géant·e·s que l’on croyait « trop gros pour disparaître ». Le municipalisme libertaire nous permet non seulement d’améliorer notre environnement direct et notre quotidien, mais il nous permet aussi de nous préparer au jour ou ces géant·e·s de papiers disparaîtront, d’eux-même ou en les aidant un peu. Si une structure de remplacement existe, elle pourra rapidement se substituer à l’ancien système qui aura prouvé (une fois de plus) son inefficacité, alors que si rien n’a été mis ne place en amont, ce sont les mêmes éléments qui seront repris, enluminés de belles promesses creuses et inefficaces – Comme après la crise de 2008, ou l’on nous a promis que les libertés sans limites accordées à la finance, seraient très largement restreintes… on attends toujours… – C’est parce que les Kurdes avaient développé au préalable un système de démocratie directe, que le jour où l’état occupant s’est retrouvé affaibli, iels ont pu rapidement se substituer à lui pour former une région autonome sans pouvoir central, donc sans état. Bookchin nous met en garde également devant le danger de l’utilisation de la démocratie représentative afin de la réformer pour tenter d’asseoir le municipalisme libertaire (à l’image de ce qui se fait en suisse, où par exemple une liste écologiste n’a pas désiré nommer de leader – avec l’argument principal que si le groupe était élu il prendrait les décisions de façon collégiale – mais a dû se plier à la loi l’obligeant à nommer un responsable, trahissant déjà l’espoir initial de ses membres). Le danger de présenter une liste citoyenne dans le cadre de la démocratie représentative est de se retrouver pieds et poings liés et de finir désabusé. Bookchin argumente que le système actuel a une telle capacité de résilience que toute utilisation de ses propres outils pour le détourner ou le détruire ne serait qu’actions vaines; suivant l’adage « tout pouvoir corrompt » il finirait par phagocyter les actions voulant le transformer, pour à l’inverse, les détourner, elles. Le seul argument positif de la présentation d’un groupe municipaliste à une élection, quelle qu’elle soit, est la publicité qui serait faite à ses idées. Se présenter à des élections permettrait en effet d’avoir une existence médiatique qui pourrait amener d’autres individus à réfléchir sur leur quotidien et les moyen qu’ils ont de le reprendre en main. Il n’y a donc pas de dogme a suivre, de recette afin de faire tomber demain le grand capital, mais la possibilité de changer sa façon de voir les chose, son environnement direct , d’abord via des projets restreints, puis de plus grande envergure selon les possibilités de chaque groupe et ses capacité d’interaction avec les autres groupes. Résumé réalisé par Le groupe FA74 http://fa74.org

Film Ni Dieu Ni Maître de Tancrède Ramonet

Hier soir nous avons passé à lⒶ bibliothèque Coloquinte, le premier volet de ce film destiné a sortir en 4 parties.
Nous étions environs six spectateurs, notre capacité d’accueil étant réduite, nous n’avions pas fait un grand ramdam autour de cette projection.
Donc ce film historique vraiment super bien fait, très motivant, explique dans ce premier volet historique du début de l’anarchisme, les fondements théoriques et les réflexions ayant mené à des moyens d’action parfois contradictoires.
Beaucoup d’archives photo mises en scène avec des effets très chouette rendent ce film très vivant et illustrent parfaitement la narration précise, confortée par les interventions d’historiens spécialisés dans l’anarchisme. Vraiment super. Episode 2 le 10 février.

Récits de Christiania

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"When I was about eight, I decided that the most wonderful thing, next to a human being, was a book." - Margaret Walker

Récits de Christiania

Author: TRAIMOND Jean-Manuel
Pages: 244
Genre(s): , Communautaire, Habitat
Publisher: Atelier de création libertaire
Subject:
Country:
Publication Year: 2018
Finished? No
Description
Dès 1971, anarchistes et théologiens, yogis et trafiquants, militants communistes et alcooliques militants, clochards repentis et clochards pratiquants, cas sociaux et clarinettistes, anthropologues et fraiseurs-tourneurs occupèrent une caserne de Copenhague, créant le plus vaste squat d’Europe  : Christiania.

Les Récits de Christiania ont été rassemblés tant pour comprendre comment, à neuf cents mètres du Parlement, un millier de personnes vivent depuis presque cinquante ans sans police, sans vote et sans hiérarchie, que pour préserver de l’oubli Thy des Tulipes et Ludwig Pissenlit, Pyramide Helge et Nemo, Gromyko et le lama Topgyal, Profit Knud et Tom-le-Long, Heiner Luftkastello et Pancake Ray, le pont Neptune et le Bœuf bleu, l’île aux Lapins et Tumulus Nord, Autogène et Hubahuba, la maison Banane et l’Hélicoptère invisible, Ombres-de-la-Nuit et Villa Vulgerda.

Jean-Manuel Traimond est entré pour la première fois à Christiania en 1976 et y a vécu de 1980 à 1984. Il est guide-interprète à Paris depuis 1990 et commet avec régularité livres et traductions.

La première édition date de 1994. La présente édition comprend une nouvelle préface ainsi qu’une postface. La bibliographie a été revue et de nombreux titres se sont rajoutés, dans différentes langues.

Additional Images
Notes

Make Rojava Green Again

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"And so we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." - F. Scott Fitzgerald, The Great Gatsby

Make Rojava Green Again

Author: Communauté internationaliste du Rojava
Pages: 144
Genre(s): , Anarchisme, municipalisme libertaire, internationalisme
Publisher: coédition Dog Section Press et la Commune internationaliste du Rojava
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
Depuis 2011, la région du Rojava est devenue à la fois le symbole de la résistance contre Daech, mais aussi un territoire qui se construit autour d’un projet révolutionnaire d’autogestion démocratique.

Cette nouvelle expérience politique – inspirée en partie par l’américain Murray Bookchin et ses propositions d’écologie sociale et de municipalisme libertaire – bien que se trouvant dans une zone de crise géopolitique difficile à cerner, continue à rechercher des alternatives pratiques à mettre en place, dès à présent, pour « reverdir » la région. C’est ainsi que, début 2018, le Comité pour l’écologie du canton Cizirê, en collaboration avec la Commune internationaliste du Rojava, a lancé une campagne internationale afin de soutenir les travaux écologiques dans le Nord de la Syrie et, en même temps, a créé un réseau d’échanges et de débats entre toutes les personnes, collectifs et mouvements investis dans des luttes similaires un peu partout dans le monde.

L’Atelier de création libertaire – qui depuis maintenant 40 ans cherche à créer des ponts entre la pensée et l’action d’une culture libertaire sensible à l’écologie – s’associe à cette démarche en assurant la diffusion du livre Make Rojava Green Again. Nous pensons que nous avons besoin tous les jours d’un élan pragmatique dans les différentes initiatives que nous menons là où nous vivons, mais sans oublier la part d’utopie vers laquelle nous espérons continuer de nous rapprocher.

Avant-propos Debbie Bookchin

En savoir plus sur le projet Make Rojava Green Again.

Additional Images
Notes

Manuel réglementaire de l’anarchisme

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"I know. I was there. I saw the great void in your soul, and you saw mine." - Sebastian Faulks, Birdsong

Manuel réglementaire de l’anarchisme

Author: TRAIMOND Jean-Manuel
Pages: 144
Genre(s): , Anarchisme
Publisher: Atelier de création libertaire
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
Manuel réglementaire de l’anarchisme
avec ses consignes, constitutions, décrets, devoirs, dignités, directives, distinctions, formulaires, grades, injonctions, institutions, interdictions, lois, normes, obligations, ordonnances, ordres, préceptes, prescriptions, protocoles, rangs, règlements, sommations, statuts et stipulations
Quand on marche dans les chemins d’un village scandinave, pendant une nuit d’hiver, quand on a peine à s’arracher à l’humidité hostile des ornières qui collent à la cheville, quand on est glacé par la neige qui fond dans le cou malgré plusieurs centimètres de laine et de cuir, quand on résiste au vent furieux qui force à se pencher en avant pour n’être pas renversé, quand le ciel est noir et la route est noire, on voit quelque chose qui fait chaud au cœur  : dans beaucoup de fenêtres – des fenêtres aux rideaux tirés derrière lesquels les gens dorment au chaud – luit un joli petit chandelier électrique de cinq, ou sept, voire neuf lumignons arrangés en une forme qui tient de la colline, du chevron, et du sapin. Les gens qui ont allumé ces lumignons n’en profitent pas, ils dorment, ou, s’ils ne dorment pas, la lumière de leur appartement noie, pour eux, celle du lumignon. Personne ne leur a demandé de placer et d’allumer ces lumignons. Ils ne savent pas qui en profite. Mais les inconnus qui passent sur le chemin ont chaud au cœur.

Jean-Manuel Traimond est l’auteur, entres autres, de Récits de Christiania, du Trésor des méchancetés, Anthologie d’humour à l’usage des anarchistes, du Guide érotique du Louvre et du musée d’Orsay, et du Japon mal rasé, Voyage chez les anarchistes, les burakumin, les Coréens-du-Japon et les autres.

Additional Images
Notes

Une critique anarchiste de la justification de la violence

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"Every human life is worth the same, and worth saving." - J.K. Rowling, Harry Potter and the Deathly Hallows

Une critique anarchiste de la justification de la violence

Author: Collectif Désobéissances libertaires
Pages: 144
Genre(s): , Anarchisme, Non violence, Pacifisme
Publisher: Atelier de création libertaire
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
Réponses aux écrits de Peter Gelderloos et des tendances autoritaires au sein du black bloc
Si nous reconnaissons le caractère dominateur et réactionnaire de la violence de l’État, il est alors tout à fait logique d’étendre cette critique à la violence en général. Même s’il y a une différence entre la violence de l’oppresseur et la violence des opprimé·e·s, malgré tout, la violence est en soi un phénomène qui possède sa propre dynamique autoritaire et anti-émancipatrice, quand bien même elle se manifeste comme une contre-violence des opprimé·e·s. C’est pourquoi la critique radicale de la violence est toujours en même temps aussi une critique radicale de la domination et elle est par là ainsi une partie intégrante, absolument nécessaire, de la théorie et de la pratique anarchistes.

Le collectif Désobéissances libertaires est un réseau informel au niveau européen.

Additional Images
Notes

Abolir la dette

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"We seem to be young, in a very old Galaxy. We're like kids tiptoeing through a ruined mansion." - Stephen Baxter, Ark

Abolir la dette

Author: FRIOT Bernard
Pages: 48
Genre(s): , Economie, Décroissance
Publisher: Atelier de création libertaire
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
Ce sont nos anciennes et anciens de la classe ouvrière révolutionnaire, à l’école desquels nous nous sommes mis, qui ont montré dans les faits la possibilité d’un contrôle démocratique de l’économie, nous débarrassant – entre autres – des créanciers, fussent-ils publics. Comment ont-ils fait pour libérer la production du crédit et comment marcher à nouveau à leur pas, c’est ce qu’essaye de montrer, de façon très générale, ce petit texte illustré.

Bernard Friot, sociologue du travail, anime l’Institut européen du salariat.
Denis Baba collabore au journal la Décroissance.

Additional Images
Notes

L’Abolition de la prison

DO NOT DELETE

Share This Book

Similar Titles

"Don’t panic." - Douglas Adams, The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy

L’Abolition de la prison

Author: Jacques Lesage de La Haye
Pages: 192
Genre(s): , Prison
Publisher: Libertalia
Subject:
Country:
Publication Year: 2019
Finished? No
Description
« La prison doit cesser d’exister. En ce début du XXIe siècle, elle reste un vestige d’autres temps et d’autres mœurs. Elle demeure avec son cortège de misère et de haine. Espace de la non-vie et du non-droit, cet archaïsme barbare reste un lieu de destruction systématique de l’individu. Il faut modifier les esprits, toucher les causes profondes qui font qu’elle demeure, alors que le constat de son échec n’est plus à faire. »

Si l’on devait analyser la prison à l’aune de son efficacité, elle disparaîtrait immédiatement. Dans cet essai, l’auteur s’interroge sur son origine et ses finalités, sur les alternatives anciennes et récentes à l’incarcération, sur la médiation et la réparation. Il prône l’abolition de cette institution et démontre qu’elle est réalisable dès aujourd’hui.
L’auteur

Jacques Lesage de La Haye, psychanalyste, ancien détenu, a notamment écrit La Guillotine du sexe (L’Atelier). Il anime l’émission « Ras les murs », sur Radio libertaire, et combat les sociétés d’enfermement depuis quelque cinquante ans.

Notes
L’auteur

Jacques Lesage de La Haye, psychanalyste, ancien détenu, a notamment écrit La Guillotine du sexe (L’Atelier). Il anime l’émission « Ras les murs », sur Radio libertaire, et combat les sociétés d’enfermement depuis quelque cinquante ans.